Quelques notes d'intention

 

Il y a quelques années de cela, en préambule à notre demande de subvention au département d’Eure et Loir, nous avancions l’idée que nous étions des artistes de territoire, en complément d’artistes d’Institution.

 

En complément, pas en opposition, les exigences d’une authentique irrigation des territoires se contentant difficilement d’une seule stratégie.

 

Encore faut-il prendre garde à ne pas s’en arrêter à complément comme on dit artiste de complément pour la figuration. Il s’agit pour les artistes de territoire de faire mieux que de la figuration, fut-elle intelligente.

 

Encore faut-il se démarquer de l’artiste de terroir, nous n’avons pas vocation à animer les multiples « Fêtes de la moisson » même s’il nous est permis de parler moisson dans un département encore fortement marqué par la ruralité et les travaux agricoles.

 

Un artiste de territoire ça serait un artiste qui travaillerait au plus près de son terreau sans s’enfermer dans des problématiques régionalistes (nous n’adhérons pas à la préférence régionale).

 

Jouer au plus près de son terreau ça n’est pas apporter la Culture le Spectacle Vivant le Tout ce que vous voudrez comme les Populistes russes apportaient la Vérité à la masse des Moujiks. Après tout pour consommer du spectacle il suffit d’aller dans les lieux repérés. Il y a des maisons pour ça mon bon Monsieur.

 

Jouer au plus près de son terreau c’est travailler avec une population (souvent quand on parle de territoire on finit par oublier qu’il existe une population habitant ces territoires).

 

La culture de territoire à laquelle je pense serait à inventer elle ne saurait reproduire des recettes fussent-elles efficaces ailleurs. Du même coup elle inventerait ses fictions propres.

 

Complémentaires disions-nous cette culture ne s’inventerait pas en-dehors de tout ce qui peut s’inventer dans l’Institution elle digèrerait. Il s’agit d’une culture digestive prenant son bien partout où elle croit que ce peut être utile.

 

Cette culture devrait s’inventer en compagnie des gens.

 

Un artiste de territoire en appelle nécessairement à la co-construction d’une culture commune.